LOMÉNIE DE BRIENNE (É. C. de)


LOMÉNIE DE BRIENNE (É. C. de)
LOMÉNIE DE BRIENNE (É. C. de)

LOMÉNIE DE BRIENNE ÉTIENNE CHARLES DE (1727-1794)

Orienté vers l’état ecclésiastique, évêque de Condom en 1760, archevêque de Toulouse en 1763, Loménie de Brienne se révèle bon administrateur, s’occupe de travaux publics, d’industrie, de commerce, d’instruction publique, fait creuser le canal entre la Garonne et le canal du Midi. Membre des assemblées du clergé, de la commission des Réguliers pour amorcer la réforme des ordres religieux, il y exerce une influence prépondérante; il ouvre un synode diocésain pour examiner les questions d’actualité (portion congrue, secours aux vieux prêtres). Il publie un rituel et il est reçu à l’Académie française en 1770.

Après l’échec de Calonne devant les notables, dont il porte une part de responsabilité, il devient chef du conseil royal des Finances sur la recommandation de la reine, puis principal ministre en 1787. Intrigant, il a troqué l’archevêché de Toulouse contre celui de Sens, plus lucratif; souple et lucide, il présente aux notables un programme analogue à celui de son prédécesseur, mais l’assemblée refuse la subvention territoriale, et le marquis de La Fayette réclame la convocation des états généraux. Énergique, Loménie de Brienne renvoie les notables et se tourne vers le parlement, qui enregistre les édits sur le libre commerce des grains, l’abolition de la corvée, les assemblées municipales et provinciales, mais repousse des édits fiscaux sur le timbre et la subvention territoriale. Le roi impose au parlement un lit de justice et l’exile à Troyes. Brienne négocie son retour à condition d’obtenir l’impôt des deux dixièmes; la réunion des états généraux est envisagée pour 1792. Loménie de Brienne fait accorder aux protestants le droit commun et le droit d’état civil; mais, l’agitation se poursuivant au parlement, il fait arrêter deux meneurs en 1788. Il reprend les projets de Maupeou et fait imposer, par un lit de justice, une réforme judiciaire et politique, essai de despotisme éclairé qui soulève la rébellion nobiliaire à Paris, à Dijon, à Toulouse, en Béarn, en Dauphiné et en Bretagne. L’assemblée du clergé refuse à Loménie de Brienne tout «don gratuit» et réclame les états généraux. Le ministre doit capituler et démissionne en 1788. Il reçoit à ce moment le chapeau de cardinal.

Après un voyage en Italie, il prête serment à la Constitution civile du clergé en 1791 et devient évêque constitutionnel de l’Yonne. Ce prélat athée, à tout le moins déiste, adresse une lettre de démission du cardinalat à Pie VI, qui le déclare déchu de sa dignité et suspens, à cause de la part qu’il avait prise au schisme. Sa conduite ne le sauve pas. Arrêté à Sens en 1793, libéré, arrêté de nouveau, il meurt dans des circonstances mal connues.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Lomenie de Brienne — Loménie de Brienne Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Henri Auguste de Loménie de Brienne (1594 1666) Louis Henri de Loménie de Brienne (1636 1698) Étienne Charles de Loménie de Brienne… …   Wikipédia en Français

  • Loménie De Brienne — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Henri Auguste de Loménie de Brienne (1594 1666) Louis Henri de Loménie de Brienne (1636 1698) Étienne Charles de Loménie de Brienne (1727 1794) Louis… …   Wikipédia en Français

  • Loménie de brienne — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Henri Auguste de Loménie de Brienne (1594 1666) Louis Henri de Loménie de Brienne (1636 1698) Étienne Charles de Loménie de Brienne (1727 1794) Louis… …   Wikipédia en Français

  • Loménie de Brienne — (spr. nih dĕ briénn), Etienne Charles de, franz. Kardinal und Minister, geb. 1727 zu Paris, unter Ludwig XVI. 1787 Generalkontrolleur der Finanzen, 1788 Premierminister, berief 1789 die Reichsstände, leistete 1790 den Eid als konstitutioneller… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Loménie de Brienne —   [lɔme ni dəbri ɛn], Étienne Charles de, französischer Kardinal (seit 1788) und Politiker, * Paris 9. 10. 1727, ✝ Sens 16. 2. 1794; seit 1763 Erzbischof von Toulouse; im Februar 1787 zum Präsidenten der Notabelnversammlung berufen. Als… …   Universal-Lexikon

  • Loménie de Brienne — Pour les articles homonymes, voir Famille de Loménie, Brienne et Maison de Brienne. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Henri Auguste de Loménie de Brienne (1594 1666) Louis Henri de Loménie …   Wikipédia en Français

  • Loménie de Brienne, Etienne-Charles de — • French cardinal and statesman (1727 1794) Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006 …   Catholic encyclopedia

  • Loménie de Brienne, Étienne-Charles de — (1727 1794)    prelate and political figure    Born in Paris, Étienne Charles de Loménie de Bri enne was a friend and associate of the philosophers of the Enlightenment. Despite his own freethink ing attitudes, he was made bishop of Condom (1760) …   France. A reference guide from Renaissance to the Present

  • Loménie de Brienne, Étienne-Charles de — ▪ French cardinal and statesman born Oct. 9, 1727, Paris died Feb. 19, 1794, Sens, Fr.       French ecclesiastic and minister of finance on the eve of the French Revolution. His unusual intelligence and aristocratic connections secured his rapid… …   Universalium

  • Loménie de Brienne, Étienne Charles de — born Oct. 9, 1727, Paris, France died Feb. 19, 1794, Sens French ecclesiastic and minister of finance (1787–88) before the French Revolution. Unable to cope with the worsening financial crisis, he resigned in favour of Jacques Necker. Made… …   Universalium


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.